Yvan Rose I – Phonétique et phonologie de la parole enfantine: questions fondamentales, débats théoriques, et hypothèse de travail


Ce premier séminaire jettera les bases du cours progressif, qui s’articulera autour de questions théoriques et
empiriques concernent la nature des représentations phonologiques, leur origine, ainsi que leur expression
dans le parler enfantin. D’un point de vue émergentiste, on peut émettre l’hypothèse que les traits
phonologiques sont acquis à partir de dimensions particulières du signal acoustique de la langue ambiante
(p.ex. les indices acoustiques pertinents aux lieux et modes d’articulation; Rose 2014, à partir de
Pierrehumbert 2003). Cependant, ces modèles n’expliquent que très vaguement les mécanismes permettant
à l’apprenant de lier ces dimensions acoustiques à leur réalisation articulatoire dans la langue parlée. Nous
explorerons ce sujet à l’aide de l’hypothèse centrale du modèle A-map (McAllister Byun et al. 2016), qui
suggère des mécanismes d’association entre signaux acoustiques et leurs corrélats articulatoires pertinents
à tout apprenant tant en langue première qu’en langue seconde. Ce modèle s’applique aussi à l’observation
plus générale que tout système phonétique individuel ne cesse d’évoluer au cours de la vie du locuteur.
Lecture suggérée: McAllister Byun, T., S. Inkelas & Y. Rose. 2016. The A-map Model: Articulatory Reliability
in Child-specific Phonology. Language 92(1). 141–178