Le Laboratoire

L’UMR7018 — Le Laboratoire de Phonétique et Phonologie (LPP) est une Unité Mixte de Recherche du CNRS et de l’Université Sorbonne Nouvelle/Paris 3. Créé en 1973 et devenu UMR en 2001, l’UMR a été dirigée alternativement par Jacqueline Vaissière et Annie Rialland, puis par Pierre Hallé et depuis septembre 2016 par Cédric Gendrot (adj. C. Fougeron).

Une équipe dynamique — Le LPP accueille 54 membres (permanents, doctorants et contractuels) au 01/01/2020.  Notre équipe est considérée comme exemplaire par nos tutelles pour son équilibre entre recherche et formation et notre assise scientifique est particulièrement bien évaluée par l’HCERES. L’équipe jouit d’une très bonne dynamique avec plusieurs recrutements ces dernières années, de multiples contrats de recherches nationaux et européens, de nombreuses collaborations nationales et internationales, et d’un très bon niveau de publication et de visibilité internationale. Elle occupe une position thématique cohérente dans le paysage français, et c’est la seule équipe qui a pu maintenir un doctorat de ‘phonétique’ avec une relève régulière (en moyenne 4 nouveaux doctorants par an) et une excellente insertion professionnelle des doctorants et post-doctorants.

Enseignement et recherche — Le LPP est spécialisé dans la recherche et l’enseignement en phonétique, phonologie, et traitement automatique de la parole. Ses travaux de recherche, qu’ils soient expérimentaux, théoriques ou appliqués, bénéficient de la synergie pluridisciplinaire entre enseignants-chercheurs de l’université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, chercheurs et ingénieurs CNRS, et étudiants du Master au Doctorat. Ils reposent aussi sur une plateforme expérimentale importante, ouverte à tous les chercheurs nationaux et internationaux travaillant sur la parole.

Les recherches s’organisent autour de six thématiques :

  • La thématique ‘Langues du monde : description et modélisation’ vise à renforcer les liens entre modélisations phonologiques et approches empiriques et typologiques.

  • La thématique ‘Phonétique clinique, voix et paroles atypiques’ conduit des travaux sur la variation dans la production de la voix et de la parole et sur la notion de ‘normalité’.

  • La thématique ‘Variation, organisation temporelle et traitement de la parole’ cherche à mieux comprendre les principes de base permettant l’interaction entre les différentes composantes du système sensorimoteur dans la production de la parole.

  • La thématique ‘Acquisition et multilinguisme’ étudie les aspects phonétiques et phonologiques dans le traitement des langues premières et étrangères chez l’enfant et l’adulte en termes d’acquisition, production et perception.

  • La thématique ‘Traitement Automatique de la Langue et Linguistique de Corpus’ cherche à prédire les régularités et variations au sein des langues et des locuteurs à partir d’étude sur corpus, en incluant des techniques d’intelligence artificielle.

  • La thématique ‘Fondements expérimentaux de la phonétique’ se consacre au développement de méthodes et d’outils en phonétique expérimentale qui traite de la dimension biologique (anatomie, physiologie), physique (acoustique), psychologique et sociale des systèmes sonores des langues ou des sons de langues particulières.

Le 19 rue des Bernardins, un lieu historique — L’équipe est, depuis sa création en 1973, hébergée par l’université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 dans les locaux de l’Institut de Linguistique et de Phonétique Générales Appliquées (ILPGA). L’ILPGA est le résultat de la fusion de l’Institut de Phonétique et de l’Institut de Linguistique de l’Université de Paris en 1966 qui, lors de l’éclatement de l’Université de Paris, ont rejoint l’Université Sorbonne-Nouvelle (Paris-3).

L’ILPGA et le LPP sont les héritiers des Archives de la parole créées par Ferdinand Brunot en 1911 au sein de la Sorbonne. Ces archives ont été le cœur de l’Institut de Phonétique de l’Université de Paris (‘Laboratoire de Phonétique et des Archives de la Parole’).  En 1928, archives et laboratoire s’installent au 19 rue des Bernardins, 75005 Paris, dans un bâtiment prêté par la mairie de Paris, sous le nom de Musée de la Parole et du Geste.  Ces locaux sont historiques pour notre unité et notre champ disciplinaire.

Au début du vingtième siècle, l’enseignement s’est développé dans trois grands domaines : la correction de la prononciation, pour les étrangers notamment ; la phoniatrie, ou rééducation du système phonatoire après maladie, blessure ou chirurgie ; l’enseignement de la parole pour les sourds. La recherche s’est concentrée autour du laboratoire de phonétique qui a suivi et prolongé les travaux développés par Rousselot, dans les Laboratoires de phonétique de l’Institut catholique et du Collège de France.  Outre son fondateur, Ferdinand Brunot, de nombreuses figures de pointe ont enseigné, étudié ou effectué des recherches au laboratoire de l’institut de phonétique. Parmi ceux-ci, on peut citer P. Fouché, M. Durand, I. Catford, P. Delattre, R. Gsell, J. Vaissière, N. Clements, A. Rialland, J.E. Boltanski. Tous ont joué un rôle important dans le développement de la Phonétique Expérimentale, et plus récemment de la Phonologie de Laboratoire.