Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues

Stéphane Hans

Stephane Hans

Étude aérodynamique comparée de logatomes chez 120 sujets normaux et 38 patients avec résection d’un ou des deux plis vocaux

Directeur de thèse  : jacqueline Vaissière

École doctorale  : ED 268 - Langage et langues : description, théorisation, transmission

Section CNU  : 07 - Sciences du langage : linguistique, phonétique

Equipe de recherche  : Laboratoire de Phonétique et Phonologie (LPP)

Financement(s) : AUCUN

Date d’entrée en thèse  :

Date de soutenance  : 12/2003

Composition du jury  :

Résumé :

Cette thèse étudie l’intérêt de mesures aérodynamiques (pression intra-orale et débit d’air phonatoire) dans l’évaluation de la fonction laryngée de voix pathologiques dans trois catégories de laryngectomies partielles avec résection d’un ou des deux plis vocaux (6 types, voir ci-dessous). La première partie expérimentale a pour but d’établir et de tester un protocole non invasif d’enregistrement et d’analyse des mesures aérodynamiques à partir de l’appareil commercialisé sous la dénomination Aérophone II, chez les sujets normaux (pour l’utiliser comme référence dans l’analyse des voix pathologiques). Les études sont réalisées sur la voyelle isolée /a/ et le logatome /pi/ prononcés par 120 locuteurs normaux et les logatomes CV et CVC (avec C : /p, t, k, b,/ et V : /i/) prononcés par 20 locuteurs normaux masculins. Nous avons donc réalisé une base de données de mesures aérodynamiques chez 120 locuteurs de langue française. La deuxième partie expérimentale est l’application de ces mesures chez des patients avec résection d’un pli vocal (catégorie 1 de laryngectomie partielle), des deux plis vocaux (catégorie 2) et des deux plis vocaux et de l’épiglotte (catégorie 3). Chaque catégorie de laryngectomie partielle comprend deux sous-catégories correspondant soit au mode de reconstruction glottique (pour la catégorie 1), soit à la résection d’aucun ou d’un cartilage aryténoïde (pour les catégories 2 et 3). L’hypothèse 1 est confirmée. L’hypothèse 2 est partiellement confirmée : la pression intra-orale (Pio) est statistiquement plus élevée pour les résections les plus importantes et Pio est plus élevée dans les sous-catégories avec résection d’un cartilage aryténoïde que dans les sous-catégories sans résection. La Pio ne permet pas de distinguer les deux sous catégories de la catégorie 1 (il existe cependant une tendance). En ce qui concerne l’hypothèse 3 : La mesure de la Pio sur le /p/ est la mesure la plus appropriée pour classer les différents types de laryngectomies partielles et peut être considérée comme un indice du contrôle de la phonation.