Accueil > Actualités

Soutenances (Thèses, Masters & HDR)

Soutenance de thèse de Fanny Guitard-Ivent (12/09/2018) & Yaru Wu (14/09/2018)

Soutenance de thèse de Yaru Wu « Étude de la réduction segmentale en français parlé à travers différents styles : apports des grands corpus et du traitement automatique de la parole »

Sous la direction de Martine Adda Decker & Cécile Fougeron

La soutenance aura lieu le vendredi 14 Septembre 2018 à 14h à l’adresse suivante : Centre Censier – salle Las Vergnas – (3ème étage) – 13, rue de Santeuil, 75005 Paris

Jury :

  • Martine ADDA-DECKER, DR (LPP - UMR 7018, CNRS)
  • Philippe BOULA DE MAREÜIL, DR (LIMSI - UPR 3251, CNRS)
  • Ioana CHITORAN, PR (CLILLAC - ARP EA 3967, U. Paris Diderot)
  • Cécile FOUGERON, DR (LPP - UMR 7018, CNRS)
  • Mark LIBERMAN, PR (Linguistic Data Consortium, U. of Pennsylvania)
  • Christine MEUNIER, CR/HDR (LPL - UMR 7309, CNRS)

Résumé
Ce travail sur la réduction segmentale (i.e. délétion ou réduction temporelle) en français spontané nous a permis non seulement de proposer deux méthodes de recherche pour les études en linguistique, mais également de nous interroger sur l’influence de différents facteurs de variation sur divers phénomènes de réduction et d’apporter des connaissances sur la propension à la réduction des segments. Nous avons appliqué la méthode descendante qui utilise l’alignement forcé avec variantes lorsqu’il s’agissait de phénomènes de réduction spécifiques. Lorsque ce n’était pas le cas, nous avons utilisé la méthode ascendante qui examine des segments absents et courts. Trois phénomènes de réduction ont été choisis : l’élision du schwa, la chute du /K/ et la propension à la réduction des segments. La méthode descendante a été utilisée pour les deux premiers. Les facteurs en commun étudiés sont le contexte post-lexical, le style, le sexe et la profession. L’élision du schwa en syllabe initiale de mots polysyllabiques et la chute du /K/ post-consonantique en finale de mots ne sont pas toujours influencées par les mêmes facteurs. De même, l’élision du schwa lexical et celle du schwa épenthétique ne sont pas conditionnées par les mêmes facteurs. L’étude sur la propension à la réduction des segments nous a permis d’appliquer la méthode ascendante et d’étudier la réduction des segments de manière générale. Les résultats suggèrent que les liquides et les glides résistent moins à la réduction que les autres consonnes et que les voyelles nasales résistent mieux à la réduction que les voyelles orales. Parmi les voyelles orales, les voyelles hautes arrondies ont tendance à être plus souvent réduites que les autres voyelles orales.

Mots-clés : réduction, élision, parole spontanée, grand corpus oraux, alignement forcé, style de parole, schwa, /K/, facteur de variation, propension à la réduction des segments


Soutenance de thèse de Fanny Guitard-Ivent « Coarticulation C-à-V en français : interaction avec le type de voyelle, la position prosodique et le style de parole »

Sous la direction de Cécile Fougeron

La soutenance aura lieu le mercredi 12 Septembre 2018 à 14h à l’adresse suivante : Maison de la Recherche – salle Athéna – 4, rue des Irlandais, 75005 Paris

Jury :

  • Olivier CROUZET, Maître de Conférence à l’Université de Nantes
  • Cécile FOUGERON, Directeur de Recherche CNRS, LPP, Paris
  • Jonathan HARRINGTON, Professeur à l’Université de Munich
  • Christine MEUNIER, Chargé de Recherche (HDR) CNRS, LPL, Aix-en-Provence
  • Daniel RECASENS, Professeur à l’Université Autonome de Barcelone

Résumé
Cette thèse étudie la coarticulation C-à-V en français et son interaction avec d’autres sources de variations dans le but de mieux comprendre ce qui la module et ce qui gouverne la variation dans la parole. Pour cela, à partir de grands corpus de parole, nous avons testé comment la coarticulation C-à-V était fonction : 1) des caractéristiques articulatoires des consonnes et voyelles impliquées à partir de 18.5k voyelles /i, e, ɛ, a, x, u, o, ɔ/ (/x/=/ø, œ, ə/) en contexte alvéolaire, uvulaire et vélaire ; 2) de la position prosodique occupée par les voyelles, en comparant le degré de coarticulation de 17k séquences CV et VC, V=/i, e, a, ɔ/ et C=alv|uv, en position initiale de groupe intonatif, avec celui de séquences semblables en position interne de mot ; et 3) du style de parole, en analysant le degré de coarticulation dans 22k séquences CV et VC, V= /i, E, a, u, ɔ/ (/E/=/e, ɛ/) et C=alv|uv, issues de parole journalistique et conversationnelle. Cette thèse montre qu’en plus de dépendre des caractéristiques articulatoires des segments, la coarticulation est aussi modulée par des facteurs linguistiques, liés à l’organisation prosodique du message, et des facteurs communicationnels dépendant de la situation de communication. Cependant, certains résultats suggèrent que la modulation de la coarticulation par la position prosodique et le style de parole, ont des fonctions linguistiques différentes dont les implications sur la variation dans la parole seront discutées. Enfin, une réflexion sur les changements de sons en lien avec la préférence universelle pour l’antériorisation des voyelles postérieures fermées sera proposée à partir des différences observées entre les voyelles.

Mots clés : grand corpus, acoustique, coarticulation C-à-V, position prosodique, style de parole, français, voyelles.

Abstract :

This dissertation examines C-to-V coarticulation in French and its interaction with others sources of variation in order to better understand what modulates and governs variation in speech. Based on data from large speech corpora, we tested how C-to-V coarticulation is a function of : 1) the articulatory properties of the tested segments, i.e. 18.5k vowels /i, e, ɛ, a, x, u, o, ɔ/ (/x/=/ø, œ, ə/) in alveolar, uvular et velar contexts ; 2) the prosodic position occupied by the vowels, comparing the degree of coarticulation of 17k CV and VC sequences V=/i, e, a, ɔ/ and C=alv|uvin initial position of intonational phrases, to similar sequences in internal word position ; 3) the speech style, by analyzing the degree of coarticulation in 22k CV and VC sequences, V = /i, E, a, u, ɔ/ (/E/ = /e, ɛ/) and C = alv|uv, in journalistic and conversational speech. The thesis demonstrates that coarticulation, in addition to being dependent on the articulatory characteristics of segments, is also modulated by other linguistic factors, related to the prosodic organization of the message, and communicational factors depending on the communication situation. Indeed, vowels are more resistant to coarticulation in strong prosodic positions as in formal speech. However, some results suggest that the modulation of coarticulation by prosodic position and speech style have different linguistic functions whose implications for speech variation will be discussed. Finally, a reflection on sound changes related to the universal preference for the anteriorization of back closed vowels will be proposed from the observed differences between the vowels.

Key words : large corpora, acoustics, C-to-V coarticulation, prosodic position, speech style, French, vowels


Soutenance de thèse de Altijana Brkan « Etude comparative des phénomènes de coarticulation nasale en anglais américain, bosnien, français, norvégien et ourdou »

Sous la direction de Jacqueline Vaissière et Angélique Amelot

La soutenance aura lieu le vendredi 12 janvier 2018 à 14h à l’adresse suivante : Centre Censier – salle Las Vergnas – (3ème étage) – 13, rue de Santeuil, 75005 Paris et elle sera suivie d’un pot de thèse devant la salle (l’atrium).

Jury :

  • Pré-rapporteur : Abby Cohn, Cornell University (USA)
  • Pré-rapporteur : Béatrice Vaxelaire, Université de Strasbourg
  • Examinateur : Solange Rossato, Université de Grenoble
  • Directrice de thèse : Jacqueline Vaissière, Université de Paris 3
  • Co-directrice de thèse : Angélique Amelot, Université de Paris 3

Résumé
Cette thèse concerne la comparaison des stratégies de coarticulation nasale sur les
voyelles dans deux langues possédant des voyelles nasales phonologiques (français
et ourdou) et trois langues ne possédant pas de voyelles nasales phonologiques (l’anglais américain, le bosnien et le norvégien). Pour évaluer le degré de nasalité
produit, nous avons utilisé un accéléromètre piézoélectrique (AP) (non invasive et
transportable). Cinq locuteurs natifs par langue ont enregistré un corpus de logatomes (CVNC et un ensemble de mots et de phrases. Cette thèse montre que
(1) une différence inter-langues de stratégies existe, confirmant ainsi un fait déjà
connu, (2) l’existence d’un contraste phonologique entre voyelles nasales et voyelles
orales n’a pas d’influence prévisible sur la propagation de la nasalité, confirmant
ainsi un fait déjà connu, (3) un modèle d’anticipation de nasalité peut être plus
adéquat pour une langue que pour une autre, (4) les auditeurs francophones ne
distinguent pas entre plusieurs degrés de nasalisation contextuelle, mais il existe une
corrélation entre la quantité de vibrations issue de l’AP et la perception du degré de
nasalisation pour les auditeurs de l’ourdou. L’intérêt de cette étude est que la
comparaison de phénomènes de coarticulation nasale des voyelles dans les cinq
langues a été faite avec la même instrumentation, dans les mêmes conditions. Un
autre intérêt est de montrer l’intérêt de la méthode choisie.
Mots clés : coarticulation, nasalité, vibrations nasales

Abstract
This thesis concerns the comparison of the phenomena of nasal coarticulation of
vowels in two languages that have phonological nasal vowels (French and Urdu)
and three languages that don’t have phonological nasal vowels (American English,
Bosnian and Norwegian). To evaluate the degree of nasality, we used a piezoelectric
accelerometer (PA) (non invasive and transportable). Five native speakers of each
language recorded the corpus of logatomes CVNC, words and sentences. This thesis
shows that : (1) an inter-language difference exists with respect to nasal coarticulation strategies, confirming an already known fact, (2) the existence or
absence of a phonological contrast between nasal vowels and oral vowels in a
language does not necessarily have a predictable influence on the propagation of
nasality, confirming an already known fact, (3) one model of anticipation of nasality
may be more suitable for one language, while for another language another model
may be more suitable. (4) the french auditors don’t disinguish between several
degrees of contextual nasalization but there is a correlation between the quantity of
vibration from the AP and the perception of the degree of nasality for the auditors of
urdu. The interest of this study is that the comparison of the nasal coarticulation
phenomena of vowels in the five languages was made with the same
instrumentations under the same conditions. Another interest is to show the interest
of the chosen method.
Keywords : coarticulation, nasality, nasal vibrations


Soutenance de thèse de Jane Wottawa "Production & Perception in a Second Language the case of French learners of German : Evidence from large speech corpora, electroencephalography, and teaching"

Sous la direction de Martine ADDA-DECKER et Frédéric ISEL

La soutenance a eu lieu le lundi 11 décembre 2017 à 14h à la Sorbonne dans la salle Bourjac, galerie Rollin.

Jury :

  • Pré-rapporteur : Mirjam Ernestus PR (Centre for Language Studies - Radboud University Nijmegen)
  • Pré-rapporteur : Noël Nguyen PR (LPL - UMR 7309 CNRS - Université Aix-Marseille)
  • Examinatrice : Irmtraud Behr PR (CEREG - EA 4223 Université Sorbonne Nouvelle – Paris )
  • Examinateur : Emmanuel Ferragne MCF (CLILLAC-ARP EA 3967 - Université Paris Diderot)
  • Examinateur : Bernd Möbius PR (Computational Linguistics and Phonetics Saarland University)
  • Directrice de thèse : Martine Adda-Decker DR (LPP, UMR 7018 CNRS – Université Paris 3)

  • Co-directeur de thèse : Frédéric Isel PR (Modyco, UMR 7114 CNRS – Université Paris Nanterre)

Abstract
This research project proposes to investigate the production and perception of German speech in French learners of German. A 7h speech corpus containing three production tasks (imitation, reading, description) produced by German natives and French learners was recorded. Segmental productions of challenging vowels and consonants were analysed according to the SLM. A perception experiment involving [h-ʔ], [ʃ-ç] and short and long vowels using EEG was carried out on German natives and French learners. Finally, the impact of pronunciation teaching on improved speech production and perception was investigated. Undergraduates following a stand-alone pronunciation class were recorded and performed perception tests before and at the end of the course. The production study showed that French learners may produce word-initial [h] faithfully. With regard to short and long vowels, contrasting vowel duration is produced. However, French learners encounter more difficulties with respect to vowel quality. This holds for the production of [ç] and [ŋ]. Interestingly, perception does not always mirror production. The EEG results showed that the perception of word-initial [h] is poor in French learners whereas production accuracy is good. On the contrary, French learners perceive the [ʃ-ç] contrast but its production remains difficult. Only in short and long vowels, perception mirrored production. The teaching study showed that the increased linguistic awareness may affect non-native speech perception and production in different ways : phones that are easy to produce from an articulatory point of view can benefit from teaching. Increased awareness helps to better perceive phones with rich acoustic information.

Résumé
Ce projet de recherche vise à étudier la production et la perception de la parole chez les apprenants francophones de l’allemand. Un corpus de parole de 7 heures correspondant à trois tâches (imitation, lecture, description) a été enregistré. Il comprend des germanophones natifs et des apprenants francophones. Nous avons analysée les productions des segments intéressants d’après le cadre du SLM. Une étude de perception en EEG utilisant [h-ʔ], [ʃ-ç] et les voyelles courtes et longues a été réalisée sur des germanophones natifs et des apprenants francophones. Enfin, l’impact de l’enseignement sur l’amélioration des production et perception a été examiné à travers une étude longitudinale. L’étude de production montre que, suivant les tâches, les apprenants produisent le [h] en début de mot sans problème majeur. De même, ils peuvent produire des voyelles de durée contrastive. Cependant, pour les trois tâches, les apprenants ont plus de difficultés pour la production de la qualité vocalique, de [ç] et [ŋ]. Fait notable, la perception ne reflète pas toujours la production. Les apprenants tendent à ne pas percevoir le [h] en début de mot alors que la production de ce segment en répétition est bonne. À l’inverse, les apprenants perçoivent le contraste [ʃ-ç] mais sa production reste difficile. Seulement dans les voyelles courtes et longues, la perception reflète la production. L’étude d’enseignement montre que la conscience linguistique affecte différemment perception et production : une conscience linguistique accrue permet d’affiner la perception de phonèmes à contenu acoustique complexe et la production des phonèmes faciles à produire du point de vue articulatoire.

Ecole doctorale 268 – Langage et langues : descriptions, théorisation, transmission 4, rue des Irlandais, 75005 Paris