CNRS

Rechercher




Accueil > Formation > Enseignement > Master Phonétique et Phonologie > Master 1

Semestre 1

mis à jour le 23 novembre 2012

PARCOURS PHONETIQUE ET PHONOLOGIE

- DESCRIPTIFS DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 SEMESTRE 1

COURS ET TD DE SYNTHESE

  • LY444 Cours de synthèse Phonétique expérimentale 1

Ce cours est une revue complète des connaissances de phonétique, à travers l’expérimentation. On y traite :
des aspects segmentaux (voyelles, consonnes, syllabes, coarticulation) et des aspects suprasegmentaux, prosodie
de la modélisation (synthèse à formants, articulatoires)
du français et d’autres langues
des applications (enseignements des langues, rééducation, etc.)

  • LYT44 TD du Cours de synthèse de Phonétique expérimentale 1

Les sujets traités en cours de phonétique expérimentales donnent lieu à 5 TD par semestre.
Le but est de stabiliser les connaissances décrites par le CM de phonétique expérimentale en réalisant une mini
expérience.

Avec la collaboration de (en 2011-2012)
(A. Amelot : EVA, piezzo nasal ; L. Crevier : fibroscopie ; camera ultrarapide ; C. Fougeron : échographe et qualisys ; C.
Gendrot : segmentation semi-automatique ; modifications paramètres ; bases de données ; scripts Praat- en coordination
avec ses cours ; P. Halle : test de perception ; statistiques ; S. Maeda : synthèse articulatoire ; EPGG ; A. Michaud
(EGG) ; R. Ridouane : palatographies ; A. Amelot : caméra ultra rapide, enregistrements)
Responsables : Jacqueline VAISSIERE, Cédric GENDROT

  • LYPSY Psycholinguistique

La production des mots et des phrases en alternance d’une année sur l’autre avec Psycholinguistique : de la perception à
la compréhension des mots
Préalable : formation initiale en linguistique
On examinera les aspects psycholinguistiques de la production de la parole chez l’adulte monolingue. Plus
spécifiquement, on étudiera quelques opérations d’encodage qui permettent au locuteur de passer de l’intention de
produire un message à l’articulation de celui-ci, qu’il s’agisse de mots isolés ou de phrases. On abordera les aspects
suivants de la production des mots et des phrases :
l’activité de planification d’un énoncé, du niveau prélinguistique au niveau linguistique.
. l’activité d’exécution d’un énoncé, du choix des mots à l’ordre d’énonciation, et à la décision sur le type d’acte
d’énonciation.
. les variables temporelles (pauses, répétitions, faux-départs) et ce qu’elles traduisent.
. les lapsus (types et genèse) et ce qu’ils révèlent des processus de production.
. les modèles de production de Garrett et de Levelt.

  • LYTPS TD du Cours de synthèse Psycholinguistique

Applications cours

Responsable : Jean-Yves DOMMERGUES

  • LYP12 Lecture de spectrogrammes 1

responsable : Mme Jacqueline VAISSIERE
Le contenu de ce cours
peut être consulté au lien suivant :
http://www.personnels.univ-paris3.fr/users/vaissier/pub/ARTICLES/spectrogram_reading_courses/index.htm#_Toc228956042

  • LYT12 : TD de « Phonétique sur machine 1 »

responsable : Mme Angélique AMELOT

  • LYP11 : « Traitement du signal »

responsable : Mme Angélique AMELOT
Cet enseignement présente divers instruments employés en phonétique expérimentale (enregistrements sonores,
mesures aérodynamiques, électroglottographie, échographie…), ainsi que leur utilisation.
Il est également le cadre d’une initiation au logiciel Matlab pour la visualisation et l’analyse des données obtenues.

METHODOLOGIE INFORMATIQUE ET PHONETIQUE

  • L7T56 Cédric GENDROT

Introduction aux différents types de synthèses (synthèse totale par règles, synthèse par concaténation) synthèse par
concaténation de diphones avec intégration de règles phonétiques. Utilisation d’un phonétiseur écrit en Perl (conversion
graphèmes -> phonèmes au moyen de règles phonologiques) - Amélioration de la synthèse Text-To-Speech grâce aux
Speech Markup languages (XML, SSML, SAPI, JSML).
Présentation et utilisation de SMIL (Synchronized Multimedia Integration Language). Parallèle entre le TAL sur le texte et
la recherche phonétique sur des fichiers sonores.

OUVERTURE PROFESSIONNELLE 1

  • L7OP1 – Ouverture Professionnelle

L’assiduité dès le début du semestre est indispensable à la validation du module.

Une liste de diffusion d’informations est établie à partir des adresses Paris3 des étudiants. Il est indispensable de faire
partie de cette liste à la fin de la première semaine.
L’objectif de ce module, obligatoire pour les étudiants de M1, est d’établir des liens entre la formation universitaire et
l’activité professionnelle.
Après une rencontre générale, des groupes de travail sont constitués autour de sujets variés : les organismes d’insertion,
les domaines d’activités, les fiches métiers, les compétences, les associations…
Ces travaux donnent lieu à un rapport présenté puis mis en ligne pour l’information de l’ensemble des étudiants.
Des rencontres avec des professionnels peuvent être envisagées.
Enfin, une réflexion sur les savoir-faire et les compétences personnelles est rapidement engagée pour orienter au mieux
la recherche du stage.

Le BAIP (Bureau d’Aide à l’Insertion Professionnelle : http://www.univ-paris3.fr/baip) complète l’enseignement dispensé
par ce module, comme cela sera précisé aux étudiants par le responsable de ce cours.

Responsable : Lorraine DUMENIL

SEMINAIRES MUTUALISÉS DE LA MENTION SCIENCES DU LANGAGE SEMESTRE 1 : ESIT, DiFLE

Les étudiants doivent choisir un des deux enseignements suivants :

  • N7D10 « Méthodologies d’enseignement et pratiques de classe »

Objectifs :

Ce module a d’abord pour finalité de caractériser la diversité des situations éducatives et des contacts culturels (nature
des publics d’apprenants, niveaux de compétence en langue, contextes et institution éducative, formation des
professeurs...) et de former à des pratiques d’enseignement dans cette diversité de contextes, en tenant compte des
stades de développement des apprenants et de la nature des supports d’enseignement.

Contenus
On propose des activités relatives à la manière dont les méthodes et les méthodologies d’enseignement :
- Utilisation des documents écrits/sonores, iconiques...
- Organisation des activités (format, types, objectifs...) portant sur la lecture et la production écrite, l’oral, l’appropriation
de compétences culturelles...
- Mise en jeu des compétences professorales correspondantes, de type pédagogique (savoir expliquer, donner des
consignes, corriger...) ou de type méthodologique (savoir analyser ou créer du matériel d’enseignement, utiliser les
instruments de référence disponibles).

Bibliographie
BEACCO J.-C., BOUQUET S. et PORQUIER R. (2004) : Niveau B2 pour le français. Un référentiel, Didier, Paris.
MOIRAND S. (1990) : Enseigner à communiquer en langue étrangère, collection F, Hachette, Paris.
PÊCHEUR J et VIGNER G. (dir.) (1995) : Méthodes et méthodologies, Le français dans le monde, recherches et
applications.
Equipe pédagogique : J.-C. BEACCO, F. CICUREL, K. SEFTA, C. BRULEY-MESZAROS

  • L7E10 Séminaire de traductologie

Mme F. PLASSARD :
Objectifs : Découverte des principaux courants théoriques et méthodologies ; Mise en évidence de la nature
interdisciplinaire de la traductologie et de ses rapports avec les sciences du langage.
Plan de cours :
Panorama des théories de la traduction et des sous-domaines de la traductologie
Théoriser la traduction : pour qui, pour quoi, comment ?
Aperçu des méthodologies d’étude de la traduction
Finalités et applications de la théorisation
Place de la théorie interprétative dans le champ théorique
La traduction comme opération langagière : langage, langue, discours
La traduction comme opération de communication : émetteur, message, récepteur
La traduction comme opération cognitive : catégorisation des connaissances, modélisation et mise en oeuvre du
processus, différences entre oral et écrit, autres modalités sémiotiques.
La traduction comme pratique sociale : une activité normée
Perspectives et évolution de la traductologie, nouvelles tendances.

SEMINAIRES SEMESTRE 1 PARCOURS PHONETIQUE ET PHONOLOGIE

  • LYP02 Outils informatiques pour EAO de l’oral (H. Yoo, Paris7)

Dans ce cours, nous présenterons les techniques et les méthodes d’utilisation de systèmes informatiques comme outils
pédagogiques, notamment pour l’enseignement des langues et tout particulièrement de l’oral (communication et
correction phonétique). Nous analyserons les différents outils pédagogiques (commerciaux et de recherche) conçus pour
l’enseignement de la phonétique et de l’oral.
Application sur ordinateur à prévoir.

  • LYP03 Prosodie et macrosyntaxe (Ph. Martin, Paris7)

Phonétique et phonologie prosodique : modèles du français, de l’anglais, des langues romanes. Contraintes prosodiques
(collision syntaxique, collision d’accent, eurythmie, groupes accentuels). Questions d’analyse instrumentale de la
prosodie. Unités macro syntaxiques. Configurations des unités prosodiques et macro syntaxiques : préfixes, incises,
postfixes. Analyse approfondie d’exemples extraits de corpus de parole spontanée en français et en italien.

  • LYP04 Analyse phonétique et prosodique (Ph. Martin, Paris7)

On présentera dans ce cours les bases phonétiques et phonologiques de l’analyse prosodique. Les thèmes abordés :
techniques de recueil des données (prises de sons, enregistrement numérique ?), analyse instrumentale (logiciels
d’analyse acoustique Praat, WinPitch,…), interprétation perceptive, modèles phonologiques (autosegmental et
phonosyntaxique). Applications à la description prosodique du français, des langues romanes (espagnol, italien,
portugais) et d’une langue indienne d’Amazonie.

  • LYM02 Théories sollicitées dans l’enseignement/apprentissage des langues (F. Fredet)

Dans un premier temps, nous dresserons un bilan des principales théories d’apprentissage sous-jacentes aux manuels
et aux diverses méthodologies d’enseignement des langues étrangères : behaviorisme, cognitivisme, constructivisme,
interactionnisme, théorie de Krashen, théorie contrastive, théorie de l’interlangue. Les oppositions qui permettent de
situer ces théories prendront en compte l’articulation entre trois pôles : la langue, objet d’apprentissage ; l’apprenant,
centre d’une activité qui s’exerce sur son environnement ; les interactions liées à la fonction fondamentale du langage : la
communication.
Puis, nous amorcerons une réflexion sur les apports de ces théories en matière d’enseignement/apprentissage des
langues et particulièrement sur l’incidence des théories d’apprentissage sur la pratique pédagogique. L’analyse théorique
débouchera sur l’examen de quelques extraits de manuels de français langue étrangère.
Evaluation : dossier (synthèse de documents ou projet de recherche sur le domaine) et épreuve sur table.

  • LYM05 Méthodes de collectes des données dialectales, linguistiques de terrain (J. Leo Leonard)

Ce séminaire tentera de répondre aux questions suivantes :
Qu’est-ce que le terrain ? L’immersion culturelle sur place, auprès de membres de la communauté linguistique ? La
relation d’enquête sur la langue avec un ou des informateurs, indépendamment du lieu ? Avec quels types d’informateurs
ou de témoins de la langue ?
Qu’est-ce qu’un "informateur" ? Une personne enquêtée ou interrogée sur la base d’un protocole d’enquête (un sujet
expérimental, comme en chambre sourde de laboratoire phonétique) ? Un consultant ? Un maître de langue, voire une
forme d’enseignant improvisé ou confirmé ? Un étudiant ? Un collègue ?
Qu’est-ce qu’une enquête linguistique ? Une enquête menée systématiquement sur la base d’un protocole élaboré en
fonction d’objectifs de connaissance (questionnaire) ? Quels sont les principes qui président à sa fabrication, et quelles
sont les contraintes de terrain qui limitent son emploi ? En fait, le questionnaire est-il autre chose qu’un projet
d’observations ? Mais une enquête linguistique peut-elle aussi se faire sans questionnaire ni protocole ? L’enquête estelle
avant tout une relation avec un terrain et une communauté de locuteurs ?
Qu’est-ce qu’une donnée linguistique de terrain ? Est-elle plus fiable qu’une donnée de seconde main, ou que les
données de l’intuition introspective, pourvu qu’on soit aussi locuteur de la langue sur laquelle on travaille ? Est-elle moins
construite ou moins induite que les données livresques ?
Qu’est-ce qu’un linguiste de terrain ou un dialectologue empirique ? Quelle est sa part d’induction dans le processus
d’observation et de collecte de données linguistiques qu’il mène sur le terrain ? => échelle d’implication de l’enquêteur.