Accueil > Formation > SRPP > Programme 2016-2017

SRPP du Vendredi 7 Juillet 2017

Charlotte Kouklia (LPP, CNRS/Sorbonne Nouvelle)

Titre : Dominance et agressivité dans le débat politique : Etude perceptive et acoustique du conseil municipal de Montreuil (93100)

Résumé :
La présente thèse s’intéresse aux rapports entre dominance et hostilité dans le débat politique et interroge le rôle joué par les caractéristiques expressives de la parole. Tout en insistant sur la complexité de mener une étude phonétique, tant acoustique que perceptive, de la parole produite en condition écologique, ce travail de recherche propose un ensemble d’approches et de méthodologies complémentaires adaptées à la parole politique. Un corpus a été constitué à partir de 117 extraits de parole de la Maire de Montreuil (D. Voynet) et de 4 de ses opposants durant le conseil municipal en 2013, période alors marquée par un fort climat de tension politique. Les 5 locuteurs du corpus ont accepté de participer à la production d’une relecture du corpus original à partir de transcriptions orthographiques simplifiées de leurs propres productions dans le cadre d’entretiens individuels. Cette contrepartie lue a pu servir de condition de contrôle dans l’analyse acoustique des données. Les deux conditions (original, relecture) ont été annotées, segmentées et appariées (phonèmes, syllabes, mots). Des métriques de comparaison systématique de segment à segment ont été calculées pour mesurer les différences de caractéristiques temporelles, mélodiques et spectrales entre les deux conditions.

En parallèle, une première évaluation perceptive (22 participants) a permis de pondérer l’influence du contenu sémantique (transcriptions orthographiques) et des indices paralinguistiques (extraits audio) dans la perception de l’hostilité au sein du corpus original. Durant les entretiens individuels, les 5 locuteurs ont également participé à une tâche de perception dans laquelle ils ont évalué leurs propres stimuli sur trois dimensions (content/mécontent ; calme/agité ; contrôle-dominance(-/+)). Cette auto-évaluation a été comparée à une évaluation similaire par 24 auditeurs naïfs.

L’analyse des corrélats acoustiques de l’hostilité perçue fait état de stratégies temporelles et mélodiques multiples et hétérogènes dans la parole politique perçue comme agressive. Tous locuteurs confondus, les extraits ayant obtenu les plus hauts scores d’hostilité sont marqués par un accroissement de la f0 par rapport à la condition lue, ainsi que par l’insertion de pauses silencieuses. On note également une irrégularité de durée des segments, peu congruente avec le patron prosodique attendu du français (Léon, 2005). Des stratégies divergentes sont observées parmi les locuteurs, notamment au niveau de l’écart entre corpus relecture et corpus original sur des paramètres tels que la f0 moyenne, la réalisation d’allongements syllabiques pré-pausaux et les variations de débit articulatoire d’un bloc inter-pausal à l’autre.

Conformément aux recommandations de Duez (1991) et suivant la typologie de Degand & Simon (2009, 2011), une annotation des frontières syntaxiques a été mise en place de façon à quantifier l’écart entre structure syntaxique et structure prosodique pour chaque production, ainsi que l’influence de ces structurations sur les caractéristiques segmentales et suprasegmentales. Des caractéristiques temporelles propres aux marques de focalisation (Ferré, 2003 ; Béchet, 2014) sont notamment relevées dans le cas d’insertions de pauses silencieuses au sein de séquences syntaxiques minimales.

Références bibliographiques :

· Béchet, M., Sandré, M., Hirsch, F., Richard, A., & Marsac, F. R. Sock (2014) De l’utilisation de la pause silencieuse dans le débat politique télévisé. Le cas de François Hollande. Mots. Les langages du politique, 103, 23-38.

· Duez, D. (1991). La pause dans la parole de l’homme politique. Editions du Centre national de la recherche scientifique.

· Ferré, G. (2003). Les pauses démarcatives déplacées en anglais spontané. Marquage kinésique et prosodique. LIDIL-Revue de linguistique et de didactique des langues, 26, 155-169.

· Léon, P. R. (2005). Phonétisme et prononciations du français. A. Colin.

· Simon, A. & Degand, L. (2011). L’analyse en unités discursives de base : pourquoi et comment ? Langue française, 170,(2), 45-59.