Accueil > Formation > SRPP > Programme 2016-2017

SRPP du Vendredi 13 Janvier 2017

Christelle Exare & Simon Landron (LPP, CNRS/Sorbonne Nouvelle)

Intervenant 1 : Christelle Exare (LPP, UMR7018, CNRS/Sorbonne Nouvelle)

Titre : Les aspirations intrusives dans l’anglais des apprenants francophones

Résumé :
Cette thèse décrit les aspirations intrusives, saillantes mais labiles, souvent représentées par /h/ ou [h], dans l’anglais L2 des francophones (par exemple : I hate pasta au lieu de I ate pasta). Le phonème /h/ est débile dans les langues indo-européennes. Historiquement, la consonne subit une lénition progressive, avec une forte variation linguistique et extralinguistique (diatopique, diastratique et diachronique). La fricative glottale /h/ à l’attaque de mot en anglais L1 est caractérisée par i) l’ouverture de la glotte et ii) la configuration supraglottale de la voyelle suivante. Dans cette étude, les réalisations des attaques de mot en anglais sont étudiées à partir de trois sortes de données : i) un texte lu par 8 anglophones et 10 francophones, ii) la parole spontanée de 25 francophones et iii) un test de perception passé par 30 francophones. La fréquence d’apparition des aspirations intrusives montre une forte variabilité inter- et intra-locuteurs. Elles sont retrouvées exclusivement i) en position initiale absolue ou ii) après un phone vocalique. Une pause, une glottalisation ou une aspiration sont trois procédés qui conduisent à augmenter l’écart temporel entre deux voyelles en hiatus. Une glottalisation ou une aspiration ont en commun de correspondre à une tension glottale. Les aspirations illicites semblent être des traces d’hypercorrection qui pourraient être dues i) à une assimilation incomplète du contraste phonétique [ʔ] [h] de l’anglais, ii) à la réparation phonologique facultative de *#V, iii) à un geste de constriction glottale n’atteignant pas sa cible (glottalisation inchoative) et à un geste intrusif d’ouverture glottale. La correction phonétique proposée par le professeur recherche la prise de conscience par l’apprenant i) du contrôle de la glotte pour l’aspiration, la glottalisation et le maintien d’un voisement modal en frontière morphologique, et ii) des particularités syllabiques du français et de l’anglais qui font des frontières de mot des points d’achoppement potentiels en anglais L2.

Mots clés : phonétique, anglais L2, intrusion, [h], aspiration, glotte, hiatus, frontière, position initiale

Intrusive tokens of aspiration in French learners’ L2 English

This dissertation describes some salient, yet variable, intrusive tokens of aspiration, often represented by /h/ or [h], in French learners’ L2 English productions (e.g. : I hate pasta instead of I ate pasta). The phoneme /h/ is weak in Indo-European languages. Historically, the consonant has undergone progressive lenition and exhibits strong intralinguistic and extralinguistic —diachronic, dialectal and stylistic— variation. The glottal fricative /h/ at English word onsets is characterised by i) an open glottis and ii) the supraglottal configuration of the following vowel. In the present study, the onsets of English words are analysed in three types of data : i) a text read by 8 native English speakers and 10 French learners of English, ii) spontaneous speech elicited from 25 French learners and iii) a perception test taken by 30 French-speaking students. The frequency of intrusive tokens of aspiration at L2 English word onsets shows high inter- and intra-speaker variability. Importantly, however, they only surface i) in strict initial position or ii) after a vocalic sound. A pause, some glottalisation or some aspiration are three processes that contribute to increasing the time span between two vowels in a hiatus context. Glottalisation and aspiration both correspond to glottal tension. Illicit tokens of aspiration can be considered as occurrences of hypercorrection, which may result from : i) incomplete assimilation of the English [ʔ] [h] contrast, ii) optional phonological repair of *#V, iii) a glottal constriction gesture that fails to reach its target (i.e. inchoative glottalisation) and an intrusive gesture of glottal opening. Phonetic corrective feedback in L2 learning is proposed. It aims at raising the learner’s awareness of i) glottal control for aspiration, glottalisation, and continuous modal voicing across word boundaries and ii) some syllabic specificities of French and English that make word boundaries potential stumbling blocks in French learners’ L2 English.

Keywords : phonetics, L2 English, intrusion, [h], aspiration, glottis, hiatus, boundary, initial position


Intervenant 2 : Simon Landron (LPP, UMR7018, CNRS/Sorbonne Nouvelle))

Titre : L’opposition de voisement des occlusives orales du français par des locuteurs taïwanais

Résumé :
Cette thèse traite de l’acquisition des occlusives sourdes /p t k/ et sonores /b d g/ du français par 11 locutrices taïwanaises de niveau intermédiaire à avancé. La situation de Taïwan est qualifiée de diglossique, les locuteurs parlent généralement deux langues dont les principales sont le chinois mandarin et le taïwanais. Le chinois mandarin possède les occlusives /p t k ph th kh/ tandis que le taïwanais possède les occlusives /b g p t k ph th kh/. L’analyse acoustique des logatomes CVCVCVC où C=/b d g p t k/ et V=/a i u/ révèle une grande hétérogénéité entre les locutrices : les indices des natifs du français pour opposer entre sourdes et sonores sont parfois utilisés par les non-natifs, parfois non. On note l’influence du chinois mandarin. Un test de perception révèle une moins bonne discrimination des paires de consonnes /b p/, /d t/ et /g k/ en syllabe CV si V=/a/, comparé à /i u/. Ces résultats suggèrent une tendance générale chez ces auditrices à mieux discriminer les occlusives du français lorsque le VOT des sourdes est plus long et à ne pas tenir compte du VOT négatif des voisées. En perception, les indices pour discriminer les occlusives aspirées et non-aspirées du chinois mandarin semblent ainsi également être utilisés en français. Nous n’avons pas relevé de signe d’une influence du taïwanais, où l’opposition de voisement existe cependant.

Mots clés : phonétique, acoustique, perception, prononciation, voisement, consonne occlusive, VOT, v-ratio, français, chinois mandarin, taïwanais, Français Langue Etrangère (FLE)

Abstract

This dissertation deals with the acquisition of French voiceless stops /p t k/ and voiced stops /b d g/ by 11 Taiwanese intermediate or advanced learners of L2 French. The linguistic situation in Taiwan is described as diglossia. Most speakers speak two languages, mainly Mandarin Chinese and Taiwanese. Mandarin Chinese has plosives /p t k ph th kh/ while Taiwanese has /b g p t k ph th kh/. An acoustic analysis of CVCVCVC logatoms where C = /b d g p t k/ and V = /a i u/ shows important heterogeneity among speakers. The cues used by French native speakers to oppose voiceless and voiced stops are irregularly used by non-native speakers. The influence of Mandarin Chinese is noted. A perception test shows poorer discrimination among pairs of consonants (/b p/, /d t/ and /g k/) in CV syllable when V = /a/, as compared to /i u/. The results show that non-native listeners tend to, firstly, better discriminate the voiceless plosives of French when the VOT is longer and secondly, ignore the negative VOT of voiced stops. As regards perception, the cues used in Mandarin Chinese to discriminate between aspirated and non-aspirated stops consonants seem to be used in French too. No clue to the influence of Taiwanese has been found, although the opposition of voicing exists.

Keywords : phonetics, acoustics, perception, pronunciation, voicing, stop consonant, VOT, v-ratio, French, Mandarin Chinese, Taiwanese, French as a Foreign Language (FLE)