CNRS

Rechercher




Accueil > Annuaire

Legendre Clara

Ancien Membre

Docteur

Laboratoire de Phonétique et Phonologie
UMR 7018, CNRS/Sorbonne-Nouvelle
19 rue des Bernardins
75005 Paris

Mail

Thèse soutenue le 23 Mai 2014, Salle Las Vergnas, Université Paris Sorbonne Nouvelle

Sujet de thèse :
Intelligibilité de la parole d’enfants sourds porteurs d’un implant cochléaire unilatéral et d’enfants normo-entendants sous la direction de Jacqueline Vaissière

Résumé :
Ce travail de recherche s’inscrit dans le domaine de la phonétique clinique et relève plus particulièrement de l’intelligibilité de la parole d’enfants sourds implantés cochléaires et d’enfants normo-entendants. L’intérêt de cette thèse réside dans la comparaison des productions d’enfants sourds implantés cochléaires et d’enfants normo-entendants, appariés en âge chronologique. Nous analysons des paramètres segmentaux et suprasegmentaux en production, tels que les voyelles du français standard et les consonnes fricatives /f, s, ʃ/, l’étude du débit de parole, l’intelligibilité de mots monosyllabiques auprès d’auditeurs naïfs, ou encore l’intelligibilité de la parole semi-spontanée. Nous nous intéressons également à la façon dont les productions des enfants implantés cochléaires sont perçues par un jury d’auditeurs naïfs (n=10 ; moyenne d’âge 37 ans). Le but premier de ce travail est de mettre en avant les différences ou similitudes majeures entre nos deux groupes en fonction de l’âge chronologique des enfants mais également en fonction du recul à l’implant, du suivi rééducatif et du mode de communication. Les enfants sourds porteurs d’un implant cochléaire présentent une qualité de la voix et de la parole comparable à celle d’enfants normo-entendants de même âge chronologique, mais non similaire puisque des différences acoustiques, segmentales et supra-segmentales ont été mises en avant. Il pourrait être intéressant d’étendre cette observation aux enfants implantés précocement.

Mots clés : implant cochléaire, trajectoire développementale, analyse acoustique, analyse perceptive, jury d’écoute naïf, pédiatrie

Parcours

Titulaire d’une licence de Sciences du langage à Institut de Linguistique et Phonétique Générales et Appliquées (Sorbonne nouvelle), j’ai poursuivi mon cursus en obtenant un master de phonétique, ayant pour titre « Etude objective du test subjectif (VANFIBR) pour une population enfants implantés cochléaires âgés de 7 à 14 ans », au sein du Laboratoire de Phonétique et Phonologie, dirigé par Madame le Professeur Jacqueline Vaissière.

Actuellement allocataire et moniteur en phonétique, le champ de recherche dans lequel s’inscrit ma thèse est celui de la phonétique clinique et relève plus particulièrement de la surdité pédiatrique et des implants cochléaires. Depuis la réalisation du mémoire de Master 2 en collaboration avec l’équipe du Dr Natalie Loundon, composée de médecins, d’une psychologue, d’ audioprothésistes et d’orthophonistes, au sien du service d’ORL cervical de la face et du cou de l’hôpital Trousseau, dirigé par le Professeur Garabédian.

Aujourd’hui la surdité est réhabilitée par des prothèses conventionnelles. Lorsque le gain prothétique est limité, (inférieur à 60 dB), l’implant cochléaire peut être proposé pour rétablir un certain seuil d’audition. Chez l’enfant, l’implant cochléaire permet, par un suivi précoce et une rééducation orthophonique adaptés, d’obtenir des améliorations quant au développement langagier.

Ma thèse porte sur les différentes composantes concernant la qualité de la parole, comme l’intensité, le voisement, la nasalité, chez des enfants implantés cochléaires. Elle consiste en une étude comparative longitudinale intra et inter-locuteur incluant les aspects acoustiques, articulatoires, aérodynamiques et perceptifs, pour ainsi étudier la mise en place des versants perceptif et productif de la qualité de la parole chez ces enfants.
L’intérêt de mon travail de recherche s’articule autour d’une dimension pluridisciplinaire entre les professionnels de la surdité et les phonéticiens pour fournir des indices quantitatifs et ainsi tenter d’adapter des méthodes et des outils issus de la phonétique expérimentale pour le suivi des enfants implantés cochléaires.

Quelques liens utiles quand on parle d’implant cochléaire :

http://orl.trousseau.aphp.fr/
http://www.cisic.fr/implant
http://www.implant-ific.org/
http://www.acfos.org/publication/acfos/index.php