CNRS

Rechercher




Accueil > Annuaire

Landron Simon

Membre associé - Assistant professor à l’université de Tamkang à Taipei (Taïwan)

Docteur

Thèse soutenue le 24 Janvier 2017, 14h30, salle Athéna à la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais - 75005 Paris

"L’opposition de voisement des occlusives orales du français par des locuteurs taïwanais"

Sous la direction de Mme Jacqueline Vaissière

Jury :

  • Monsieur Joël BELLASSEN, Membre HDR de l’équipe de recherche PLIDAM-INALCO
  • Madame Margaret BENTO, Professeure des Universités, Paris 5 Paris Descartes
  • Madame Yueh-chin CHANG, Professeure des Universités, National Tsing Hua University
  • Madame Francine CICUREL, Professeure émérite, Paris 3 Sorbonne Nouvelle
  • Monsieur Willy SERNICLAES, Professeur honoraire, Université libre de Bruxelles
  • Madame Jacqueline VAISSIERE, Professeure émérite, Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Directeur

Résumé :

Cette thèse traite de l’acquisition des occlusives sourdes /p t k/ et sonores /b d g/ du français par 11 locutrices taïwanaises de niveau intermédiaire à avancé. La situation de Taïwan est qualifiée de diglossique, les locuteurs parlent généralement deux langues dont les principales sont le chinois mandarin et le taïwanais. Le chinois mandarin possède les occlusives /p t k ph th kh/ tandis que le taïwanais possède les occlusives /b g p t k ph th kh/. L’analyse acoustique des logatomes CVCVCVC où C=/b d g p t k/ et V=/a i u/ révèle une grande hétérogénéité entre les locutrices : les indices des natifs du français pour opposer entre sourdes et sonores sont parfois utilisés par les non-natifs, parfois non. On note l’influence du chinois mandarin. Un test de perception révèle une moins bonne discrimination des paires de consonnes /b p/, /d t/ et /g k/ en syllabe CV si V=/a/, comparé à /i u/. Ces résultats suggèrent une tendance générale chez ces auditrices à mieux discriminer les occlusives du français lorsque le VOT des sourdes est plus long et à ne pas tenir compte du VOT négatif des voisées. En perception, les indices pour discriminer les occlusives aspirées et non-aspirées du chinois mandarin semblent ainsi également être utilisés en français. Nous n’avons pas relevé de signe d’une influence du taïwanais, où l’opposition de voisement existe cependant.

Mots clés : phonétique, acoustique, perception, prononciation, voisement, consonne occlusive, VOT, v-ratio, français, chinois mandarin, taïwanais, Français Langue Etrangère (FLE)