CNRS

Rechercher




Accueil > Annuaire

Kim Bora

Doctorant


Laboratoire de Phonétique et Phonologie
UMR 7018, CNRS/Sorbonne-Nouvelle
19 rue des Bernardins
75005 Paris

Mail

Intitulé de la thèse
Apprentissage phonétique des consonnes occlusives et affriquées du coréen chez les apprenants francophones, sous la direction de Pierre Hallé & Rachid Ridouane

Parcours

Pendant mon master à l’ILPGA, j’ai suivi le parcours général en première année et le parcours phonétique en deuxième année. Ces deux parcours à la fois m’ont permis d’approfondir mes connaissances dans les domaines de la linguistique générale, de la phonétique et de la phonologie en me donnant des bases solides et structurées et m’ont donné l’envie de continuer mes études en France.

A côté de mes études, j’ai travaillé avec des associations interculturelles pour promouvoir la culture coréenne en France et l’échange culturel entre les deux pays. En faisant connaissance avec des jeunes français, je me suis rendue compte que le nombre d’apprenants de la langue coréenne a considérablement augmenté. J’ai appris que les apprenants ont des difficultés de prononcer des consonnes occlusives et affriquées de trois séries ; les fortis, les lenis et les aspirées. Depuis mon master 2 à l’ILPGA, je me suis intéressée à l’apprentissage phonétique de ces consonnes chez les apprenants francophones.

Pendant ma thèse, sous la direction de Monsieur Pierre Hallé et Rachid Ridouane, je vais essayer de vérifier une relation entre les ajustements articulatoires et les paramètres phonétiques chez les locuteurs natifs coréens et les apprenants francophones. Pour ce faire, je vais étudier plus sérieusement la différence entre les gestes articulatoires chez les locuteurs natifs et chez les apprenants francophones non seulement au niveau du larynx mais aussi au niveau supra-laryngal. Ces études vont nous permettre de trouver des facteurs qui empêchent la bonne prononciation chez les apprenants et d’élaborer une méthode pédagogique qui est pertinente pour les étudiants francophones. Enfin je m’intéresse également aux méthodes pédagogiques probables qui permettront aux apprenants d’améliorer la qualité et la stabilité de la prononciation des consonnes en question.