CNRS

Rechercher




Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues

Karim Shoul

mis à jour le 8 avril 2014

Karim Shoul

Étude physiologique, articulatoire, acoustique, perceptive de l’emphase en arabe marocain oriental

Directeur de thèse  : jacqueline Vaissière

École doctorale  : ED 268 - Langage et langues : description, théorisation, transmission

Section CNU  : 07 - Sciences du langage : linguistique, phonétique

Equipe de recherche  : Laboratoire de Phonétique et Phonologie (LPP)

Financement(s) : ETR

Date d’entrée en thèse  :

Date de soutenance  : 06/2007

Composition du jury  :

Résumé :

La présente thèse est une étude de l’emphase en arabe marocain oriental (AMO) à travers laquelle nous examinons certaines hypothèses. Nous présentons le phénomène de l’emphase selon les grammairiens arabes, les orientalistes et les études expérimentales. Puis nous évoquons les emphatiques dites fondamentales et secondaires de l’AMO. Les emphatiques sont considérées comme des glottalisées par certains auteurs. Nous infirmons cette hypothèse en montrant que les emphatiques de l’AMO se caractérisent par la même valeur de la fréquence fondamentale, les mêmes ondes laryngographiques régulières et la même qualité de voix modale en comparaison avec les emphatiques (non glottalisées par défaut). Nous procédons à une étude articulatoire pour voir si le recul du dos de la langue vers le pharynx pour les emphatiques a un effet sur la place d’articulation principale. Nous avons trouvé que les consonnes sont alvéolaires ou dento-alvéolaires. L’emphatique /t/ qui est apicale serait plus dentale et donc plus antérieure que sa correspondante non emphatique /t/ qui est laminale. En revanche, les occlusives sonores /d/ et /d/ sont apicales et les fricatives /s/ et /s/ sont laminales, mais /d/ et /s/ sont plus alvéolaires et donc plus postérieures que leurs correspondantes /d/ ets/.Au niveau acoustique, l’amplitude montante dans les hautes fréquences pour les bruits (explosion et friction) confirme l’articulation principale des consonnes. Les emphatiques augmentent la valeur du F1 et baissent celle du F2. Nous savons que ce comportement des formants est dû à la pharyngalisation, mais pour l’emphatique /t/ il serait dû aussi à son articulation apicale. Par une étude perceptive sur des stimuli créés par synthèse, nous montrons que le F1 et le F2 sont responsables de la perception de l’emphase. Nos tests montrent que les deux formants ont la même importance pour la perception de l’emphase pour la voyelle /i/, alors que l’emphase a tendance à être mieux perçue à travers F2 pour la voyelle /a/ et F1 pour la voyelle /u/. Nous étudions la coarticulation de l’emphase en AMO dans de différents domaines à travers les valeurs du F2. Cette coarticulation se manifeste en syllabe, en mot (bi-syllabique), en affixe et au-delà de la frontière du mot. Elle semble être plus importante régressivement que progressivement, et son degré diminue avec la présence des palatales et la distance entre les segments influencés et les emphatiques.