CNRS

Rechercher




Accueil > Annuaire

Ivent Fanny

Membre associé - ATER Université Paris3 (09/2018-08/2019)


Laboratoire de Phonétique et Phonologie
UMR 7018, CNRS/Sorbonne-Nouvelle
19 rue des Bernardins
75005 Paris

Mail

Thèse soutenue le mercredi 12 Septembre 2018 à 14h à l’adresse suivante : Maison de la Recherche – salle Athéna – 4, rue des Irlandais, 75005 Paris

« Coarticulation C-à-V en français : interaction avec le type de voyelle, la position prosodique et le style de parole »

Sous la direction de Cécile Fougeron

Jury :

  • Olivier CROUZET, Maître de Conférence à l’Université de Nantes
  • Cécile FOUGERON, Directeur de Recherche CNRS, LPP, Paris
  • Jonathan HARRINGTON, Professeur à l’Université de Munich
  • Christine MEUNIER, Chargé de Recherche (HDR) CNRS, LPL, Aix-en-Provence
  • Daniel RECASENS, Professeur à l’Université Autonome de Barcelone

Résumé
Cette thèse étudie la coarticulation C-à-V en français et son interaction avec d’autres sources de variations dans le but de mieux comprendre ce qui la module et ce qui gouverne la variation dans la parole. Pour cela, à partir de grands corpus de parole, nous avons testé comment la coarticulation C-à-V était fonction : 1) des caractéristiques articulatoires des consonnes et voyelles impliquées à partir de 18.5k voyelles /i, e, ɛ, a, x, u, o, ɔ/ (/x/=/ø, œ, ə/) en contexte alvéolaire, uvulaire et vélaire ; 2) de la position prosodique occupée par les voyelles, en comparant le degré de coarticulation de 17k séquences CV et VC, V=/i, e, a, ɔ/ et C=alv|uv, en position initiale de groupe intonatif, avec celui de séquences semblables en position interne de mot ; et 3) du style de parole, en analysant le degré de coarticulation dans 22k séquences CV et VC, V= /i, E, a, u, ɔ/ (/E/=/e, ɛ/) et C=alv|uv, issues de parole journalistique et conversationnelle. Cette thèse montre qu’en plus de dépendre des caractéristiques articulatoires des segments, la coarticulation est aussi modulée par des facteurs linguistiques, liés à l’organisation prosodique du message, et des facteurs communicationnels dépendant de la situation de communication. Cependant, certains résultats suggèrent que la modulation de la coarticulation par la position prosodique et le style de parole, ont des fonctions linguistiques différentes dont les implications sur la variation dans la parole seront discutées. Enfin, une réflexion sur les changements de sons en lien avec la préférence universelle pour l’antériorisation des voyelles postérieures fermées sera proposée à partir des différences observées entre les voyelles.

Mots clés : grand corpus, acoustique, coarticulation C-à-V, position prosodique, style de parole, français, voyelles.

Abstract :

This dissertation examines C-to-V coarticulation in French and its interaction with others sources of variation in order to better understand what modulates and governs variation in speech. Based on data from large speech corpora, we tested how C-to-V coarticulation is a function of : 1) the articulatory properties of the tested segments, i.e. 18.5k vowels /i, e, ɛ, a, x, u, o, ɔ/ (/x/=/ø, œ, ə/) in alveolar, uvular et velar contexts ; 2) the prosodic position occupied by the vowels, comparing the degree of coarticulation of 17k CV and VC sequences V=/i, e, a, ɔ/ and C=alv|uvin initial position of intonational phrases, to similar sequences in internal word position ; 3) the speech style, by analyzing the degree of coarticulation in 22k CV and VC sequences, V = /i, E, a, u, ɔ/ (/E/ = /e, ɛ/) and C = alv|uv, in journalistic and conversational speech. The thesis demonstrates that coarticulation, in addition to being dependent on the articulatory characteristics of segments, is also modulated by other linguistic factors, related to the prosodic organization of the message, and communicational factors depending on the communication situation. Indeed, vowels are more resistant to coarticulation in strong prosodic positions as in formal speech. However, some results suggest that the modulation of coarticulation by prosodic position and speech style have different linguistic functions whose implications for speech variation will be discussed. Finally, a reflection on sound changes related to the universal preference for the anteriorization of back closed vowels will be proposed from the observed differences between the vowels.

Key words : large corpora, acoustics, C-to-V coarticulation, prosodic position, speech style, French, vowels

Parcours

J’ai débuté mon cursus universitaire en étudiant l’espagnol à l’université de Toulouse II – Le Mirail. Durant ma première année, j’ai suivi une mineure de Sciences du Langage pour laquelle j’ai éprouvé un vif intérêt. Cependant, ce n’est qu’après avoir effectué mon année de licence en Erasmus à Séville que j’ai décidé d’approfondir mes connaissances en linguistique et de changer de voie. Intéressée par les pathologies du langage, j’ai intégré le master « Langage, Langues, Parole » parcours pathologie du langage, à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Captivée par la phonétique, j’ai rejoint la formation de phonétique en deuxième année. Mon mémoire, intitulé « L’aspiration du /s/ en position coda dans l’espagnol d’Andalousie occidentale : analyse acoustico-perceptive autour de l’ambiguïté du message. », a été effectué sous la direction de Cécile Fougeron en collaboration avec Mark Gibson (université de Pampelune). Durant cette année de master, j’ai pu acquérir les bases nécessaires pour l’étude de la variation en parole normale, afin de pouvoir ensuite appréhender ce phénomène en parole pathologique. Mes travaux de thèses visent à étudier les variations des obstruantes du français : (1) en parole spontanée sur de gros corpus de parole (ETAPE) et (2) en parole dysarthrique. La première partie de ma thèse fait l’objet d’une collaboration avec Martine Adda-Decker. Mon principal objectif est d’identifier ce qui motive les variations dans la parole et de voir si ces facteurs sont les mêmes pour ces deux populations.