Accueil > Recherche > Thématiques de Recherche > Phonétique clinique

Cancer du larynx - Cordectomie - Laryngectomie

L’évolution des techniques chirurgicales de la laryngectomie totale (LT) vers les laryngectomies partielles (LP) a permis de proposer, quand l’étendue de la lésion le permettait, une chirurgie moins délabrante que pour les LT, en réduisant l’étendue de l’exérèse. Les conséquences fonctionnelles sont la préservation des trois rincipales fonctions physiologiques de la sphère oro-pharyngo-laryngée, à savoir une alimentation orale correcte, une respiration par les voies naturelles avec respect de l’intégrité physique sans trachéostomie et une communication qui utilise la voix et la parole).

Ces techniques de laryngectomie partielle supracricoïdienne réalisent un modèle anatomo- physiologique de conduit vocal raccourci d’environ 3 cm, avec suture du cartilage cricoïde à l’os hyoïde, et capable de produire une voix alors que les deux plis vocaux (PV) ont été réséqués. L’objectif de nos recherches s’est principalement intéressé à la compréhension et aux caractéristiques biomécaniques et acoustiques de ce modèle. Un ensemble de travaux dont deux masters a été réalisé sur les apports possibles des connaissances phonétiques dans le domaine des différentes chirurgies laryngées.

Toutes ces laryngectomies partielles qui enlèvent au moins un pli vocal vont donner une voix dite de « substitution », encore peu connue et dont les caractéristiques acoustico-perceptives ont fait l’objet d’études.

L’étude des degrés de liberté dans le fonctionnement du vibrateur laryngé pathologique a ouvert une voie de compréhension de la dynamique des articulateurs laryngés glottiques et aryépiglottiques normaux.

La chirurgie minimale invasive par voie endoscopique au Laser CO2 (CMIL) est une option thérapeutique validée pour les cancers du larynx de stade précoce. Le traitement chirurgical classique de ces tumeurs était la chirurgie conservatrice laryngée par voie externe. L’alternative est la radiothérapie externe (le plus souvent associée à une chimiothérapie). Depuis les années 2000, nous avons développé cette chirurgie minimale invasive.

Nous avons obtenu un financement dans le cadre du STIC intitulé « Evaluation de la qualité de vie et médico-économique de la chirurgie endoscopique des cancers du larynx » STIC CE2L : ID RCB 2008-A00205-50 (en cours, 74 patients inclus à ce jour). Nous collectons et analysons régulièrement des données de qualité de la voix et de qualité de vie des patients inclus dans cette étude. L’objectif principal de ce projet est de comparer la chirurgie conservatrice laryngée par voie externe avec la chirurgie par voie endoscopique au laser CO2. Les critères de comparaison reposent d’une part sur la qualité de vie (échelles validées générales et spécifiques de l’EORTC (European Organization for Research and Treatment of Cancer), et d’autre part sur la qualité de la voix évaluée par des échelles de qualité de la voix comme le Voice Handicap Index (VHI) et par les analyses acoustiques et perceptives de la voix.