CNRS

Rechercher




Accueil > Annuaire > Shoemaker Ellenor

Axes de Recherche

Recherches actuelles

Je suis Maître de Conférences à l’Institut du Monde Anglophone de Paris 3. Mes recherches se situent au carrefour de la psycholinguistique, la phonologie et l’acquisition d’une deuxième langue (L2). Elles portent d’une part sur l’acquisition de la phonologie en L2 par des apprenants tardifs, et d’une façon plus générale, sur la perception et la segmentation de la parole continue en L2. Je m’intéresse principalement à l’acquisition, la perception et l’exploitation du faisceau d’indices acoustiques dont on se sert pour couper le signal acoustique en éléments discrets. Je m’intéresse également à l’étude des limites maximales de l’acquisition en L2. Le débat concernant la possibilité qu’un apprenant tardif d’une deuxième langue puisse atteindre un niveau de compétence comparable à celui d’un locuteur natif est loin d’être tranché. Un des buts de mes recherches est d’examiner la notion selon laquelle il n’existerait qu’un seul système phonologique chez les auditeurs et de déterminer si le système perceptif retient sa plasticité tout au long de la vie. I am an Associate Professor in the Institut du Monde Anglophone at Paris 3. My research interests fall within the domains of psycholinguistics, phonology and second language (L2) acquisition. Specifically, my research deals with the acquisition of L2 phonology, and more generally with the perception and segmentation of continuous speech. I am particularly interested in the acquisition, perception and exploitation of acoustic cues listeners use to segment the speech signal into discrete and meaningful elements. I am also interested in the study of the upper limits of L2 acquisition. The debate concerning the possibility that a late learner can attain a level of linguistic competence equal to that of native speakers remains unresolved. One of the objectives of my research is to investigate the claim that listeners posses a single phonological grammar and to determine to what extent the perceptual system remains plastic throughout the lifespan.