CNRS

Rechercher




Accueil > Recherche > Thématiques de Recherche > Acquistion d’une langue étrangère

Anglais langue étrangère (ALE)

mis à jour le 6 octobre 2014

ANGLAIS LANGUE ETRANGERE (ALE)

Les travaux concernant l’ALE se sont également intéressés aux voyelles orales, aux consonnes, au phénomène de hiatus, au marquage morphologique et à la segmentation et à l’acquisition de la phonétique anglaise en général.

  • Consonnes

Les travaux de Kamiyama portent sur l’ouverture de la glotte lors de la production de la consonne glottale /h/ de l’anglais par des apprenants francophones.

Une méthode non-invasive (ePGG : External Lighting & Sensing PhotoGlottoGraph) a permis d’examiner plus directement l’ouverture glottique que les données acoustiques et de confirmer les tendances observées dans les données acoustiques : les francophones apprenant l’anglais langue étrangère ont tendance à fermer la glotte quand le /h/ n’est pas prononcé, alors que la glotte doit être ouverte afin d’assurer l’articulation de cette consonne.

  • Voyelles

La contribution d’Exare propose une analyse acoustique et perceptive de quelques erreurs portant sur les voyelles postérieures de l’anglais des francophones. La lecture de spectrogrammes fait apparaître des phénomènes articulatoires d’antériorisation et de labialisation. Le trait distinctif de la longueur est sacrifié au profit de la centralisation des sons et de la neutralisation des oppositions en un syncrétisme vocalique, caractéristique de l’anglais des francophones.

  • Hiatus

Les études d’Exare fournissent une typologie des stratégies de onze apprenants francophones et de deux locutrices anglophones pour résoudre le hiatus phonétique en anglais langue seconde et en anglais langue maternelle. Le hiatus est ici défini comme la rencontre entre une voyelle finale de mot et une voyelle initiale de mot, non consécutive à une pause.

L’analyse des occurrences produites par les apprenants, âgés de quinze ans et évalués au niveau B1 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues, atteste des difficultés rencontrées par les francophones dans ce domaine, et propose quelques hypothèses concernant la production d’un bruit intrusif perçu comme /h/ devant une voyelle initiale de mot.

  • Marquage morphologique et segmentation

Dans le cadre du projet ANR, Varieties of Initial Learners in Language Acquisition (VILLA, coordonné par Marzena Watorek, Paris 8/UMR 7023), Shoemaker travaille sur le traitement du marquage morphologique et la segmentation de la parole continue dans l’acquisition du polonais L2 par des apprenants francophones.

L’objectif de ce projet est d’étudier le traitement initial des données linguistiques par des apprenants adultes d’une deuxième langue (L2) à laquelle ils n’ont jamais été confrontés auparavant et de s’interroger sur l’état initial des connaissances mobilisées par ces apprenants. Ce projet est l’un des premiers à s’y intéresser en prenant comme cadre théorique de référence l’approche fonctionnaliste du langage. Sont concernés la nature et le rôle de l’input dans les toutes premières étapes de l’acquisition d’une L2.

  • Matériels et ouvrages à visée

Les membres du LPP impliqués dans cet axe de recherche ont également publié des matériels et ouvrages à visée didactique, comme Kamiyama pour l’apprentissage du japonais ou B. Lauret pour l’apprentissage du français.
Enfin, Kühnert a fortement contribué, à travers ces deux ouvrages, à la meilleure connaissance de la phonologie de l’anglais et de sa prosodie pour des apprenants de l’anglais oral. Un livre est en cours de rédaction.