CNRS

Rechercher




Accueil > Productions scientifiques > Thèses soutenues

Angélique Amelot

mis à jour le 12 décembre 2012

Angélique Amelot

Étude aérodynamique, fibroscopique, acoustique et perceptive des voyelles nasales du français

Directeur de thèse  : jacqueline Vaissière

École doctorale  : ED 268 - Langage et langues : description, théorisation, transmission

Section CNU  : 07 - Sciences du langage : linguistique, phonétique

Equipe de recherche  : Laboratoire de Phonétique et Phonologie (LPP)

Financement(s) : A ; ATER

Date d’entrée en thèse  :

Date de soutenance  : 18/12/2004

Composition du jury  :

  • Mme Abigail Cohn (rapporteur)
  • Mme Danielle Duez
  • Mme Jacqueline Vaissière
  • Mr Didier Demolin (rapporteur)
  • Mr Shinji Maeda
  • Mr Bernard Roubeau

Résumé :

Une étude aérodynamique, fibroscopique, acoustique et perceptive a été menée sur les voyelles nasales du français. Les résultats aérodynamiques montrent que la propagation du débit d’air nasal est plutôt progressive que régressive, cette tendance s’amenuise en parole "spontanée". Les résultats fibroscopiques confirment que les mouvements vélaires commencent avant le début de la voyelle. Ils peuvent se terminer avant la voyelle nasale, notamment en parole "spontanée". Les données aérodynamiques couplées aux données fibroscopiques suggèrent qu’il n’existe pas une ouverture vélaire précise pour laquelle l’air va passer dans le conduit nasal. Les données acoustiques montrent qu’il existe une corrélation entre le débit d’air nasal et le signal acoustique pour les voyelles [2A] et [2E], la corrélation entre le signal acoustique et les mouvements vélaires n’existe pas. Les résultats des tests de perception suggèrent que le débit d’air nasal n’est pas l’indice principal pour discriminer la voyelle nasale.