CNRS

Rechercher




Accueil > Annuaire

Akpossan Johanne

Membre associé

Docteur

Laboratoire de Phonétique et Phonologie
UMR 7018, CNRS/Sorbonne-Nouvelle
19 rue des Bernardins
75005 Paris

Mail

Thèse soutenue le 20/01/2015, à 14h, Salle Bourjac - Galerie Rollin - 17, rue de la Sorbonne - 75005 Paris

Thèse :
La consonne /R/ comme indice de la variation lectale : Cas du français en contact avec le créole guadeloupéen, sous la direction de Mme Jacqueline Vaissière

Jury :

  • Mme Françoise GADET - Professeur des universités - Université de Nanterre Paris 10
  • M. Georges LUDI - Professeur des universités - Université de Bâle - Suisse
  • Mme Mary-Annick MOREL - Professeur des universités - Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
  • M. André THIBAULT - Professeur des universités - Université Paris-Sorbonne Paris 4
  • Mme Jacqueline VAISSIERE - Professeur des Universités - Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Résumé :

En Guadeloupe, deux langues cohabitent : le français et le créole. Mais, dans les faits, il y a une diversité de variétés de français d’une part, et de créoles, d’autre part. Chacune de ces variétés va de l’acrolecte au basilecte en passant par le mésolecte : il y a donc un continuum français et un continuum créole. La situation sociolinguistique de la Guadeloupe peut être ainsi représentée par un double-continuum.
Ces différentes variétés lectales de français peuvent-elles se distinguer par des caractéristiques (1) acoustiques, (2) phonétiques, (3) phonologiques et (4) perceptives de la consonne /R/ ? La durée du contact avec le créole a t-elle une influence sur la variété de français parlée par un locuteur ?
Nos résultats montrent que plus la variété de français est basilectale, (1) plus la diffusion de l’énergie spectrale du /R/ est faible avec un taux de bruit réduit et une basse hauteur moyenne des fréquences ; (2) plus la variante fricatisée du /R/ est rare et plus la variante approximante est fréquente ; (3) plus le taux de suppression du /R/ en coda de syllabe augmente ainsi que le taux de réalisation de /R/ en tant que [w] en contexte labial, (4) plus la variété est perçue comme ayant un faible degré d’accent français. Généralement, plus la durée du contact entre le français et le créole est longue, plus cette variété est basilectale.
Si les caractéristiques de la consonne /R/ permettent de discriminer la variété acrolectale de la variété basilectale (variétés extrêmes), il apparait plus difficile d’établir une liste d’indices (ou « lectomètres ») qui permettraient d’identifier les variétés se trouvant dans la zone intermédiaire : le mésolecte est doté d’une certaine imprévisibilité.

Mots clés : socio-phonétique, contact français/créole guadeloupéen, variétés du français, consonne /R/, « lectomètre », identification du locuteur